Autriche / Stelvio (Moto) – juin 2016

Le projet

Il y a quelques semaines, plus ou moins à la recherche d’une destination de voyage pour 2016, j’ai pensé à l’Autriche. Pourquoi ? Tout d’abord, c’est une destination qui n’est pas aussi loin que ça (Paris – Salzbourg : un bon millier de kilomètres seulement), et puis, à force de voir tout ces superbes paysages en photo, j’ai eu envie de les voir ‘en vrai’.

Prévu pour le faire seul au départ, mon ami Jean-Chris sera finalement mon compagnon d’aventure, intéressé de dernière minute suite à une discussion où je lui exposais mon projet.

L’itinéraire. 

Dans les grandes lignes, traversée du Ballon des Vosges, de la Forêt Noire, Du Liechtenstein, puis remontée de l’Autriche au travers du Tyrol jusqu’à Salzbourg via Innsbruck.

La seconde partie nous fera descendre vers le sud, en Italie, pour s’offrir le col du Stelvio, avant de revenir en France via la vallée d’Aoste.

Pour l’hébergement, ce sera en toile de tente ; quant aux étapes, elles se décideront au jour le jour.

NB : Toutes les photos sont disponibles sur ma galerie http://images.papoune69.fr . N’oubliez pas de vous inscrire, pour avoir accès au maximum de photos. celle-ci va s’enrichir très rapidement.

Sommaire

Jour 1 : Versailles – Humes-Jorquenay
Jour 2 : Humes-Jorquenay – Constance
Jour 3 : Constance – Landeck
Jour 4 : Landeck – Söll
Jour 5 : Salzbourg
Jour 6 : Söll – Passo Stelvio – Bormio
Jour 7 : Bormio – Aoste
Jour 8 : Aoste – Bourges
Jour 9 : Bourges – Versailles
Bilan

Jour 1 : Versailles – Humes-Jorquenay (295km)

Jean-Chris arrive de Pont-Audemer (27) en fin de matinée, ce qui me laisse un peu de temps pour terminer de préparer mes affaires. Le temps de déjeuner tranquillement, et nous prenons la route en direction de Humes-Jorquenay, petit village de la Haute Marne situé à 30km au sud de Chaumont.

Afin de gagner du temps, nous empruntons l’autoroute -> journée très monotone, et pour ne rien arranger, la météo alterne entre gros nuages et averses.

Nous trouvons un petit camping municipal offrant le stricte minimum, à savoir un bloc sanitaires et de grands espaces engazonnés. Cela nous convient tout à fait, car après tout nous ne sommes que de passage.

Nous arrivons, discutons 2 minutes avec l’employé municipal pour les conditions, et voilà qu’une bonne averse redémarre. Juste le temps de nous mettre à l’abri, et voilà la Grenouille de Jean-Chris (un Kawazaki Versys 1000 flambant neuf) qui se couche gentiment sur le flanc droit. Coup de chance, il a laissé suffisamment d’espace entre nos motos.

Pour les dégats, un protège main en miettes, un clignotant qui ‘pendouille’ (qui n’est finalement que déboité), et un orgueil froissé (ce que je comprends, sur une machine neuve… Grrrr !). Il s’en tire relativement bien, mais le séjour commence plutôt mal !

Après une soirée passée sous notre tarp, place à une bonne nuit de repos.

 

Pages   suivante  dernière